Focus séries

« Hollywood » (Netflix) : le cinéma d’après guerre réinterprété sous le signe des minorités

Hollywood - Copyright Saeed Adyani/Netflix

Le 1er mai sonnait l’arrivée d’une nouvelle minisérie en 7 épisodes sur la plateforme de streaming. Le tout, réalisé par Ryan Murphy, papa de Nip / TuckGlee, Amercian Horror Story, ou encore American Crime Story. De quoi attiser notre curiosité.

Ryan Murphy au service de Netflix

En 2018, le réalisateur a signait un énorme contrat avec le géant du SVOD d’une valeur qui avoisinerait les 300 millions de dollars. Ainsi, toutes ses nouvelles créations sont désormais destinées à Netflix. La première en date fut The Politician, et dont la saison 2 devrait arriver d’ici la fin de l’année.

Entre fiction et réalité

Netflixs Hollywood Rock Hudsons RealLife Relationship With Agent Henry Willson
Jake Picking et Jim Parsons (en haut) interprètent Rock Hudson et sont agent Henry Wilson (en bas).

Hollywood ne comporte pas que des personnages fictifs, à commencer par Rock Hudson (interprété par Jake Picking). Un acteur que l’on qualifiait souvent de « secret le moins bien gardé » du milieu, son homosexualité ne fut révélée officiellement que très tardivement. Une histoire bien moins joyeuse que celle contée par Murphy.

On retrouve aussi la comédienne Vivan Leigh, révélée au monde grâce à son rôle de Scarlett O’Hara dans Autant en emporte le vent, que le réalisateur s’amuse à caricaturer.

Jack Castello, un des personnages principaux, est quant à lui bien fictif. Tout comme le Camille Washington ou encore Ernie. Mais ils sont tous inspirés de personnages ayant réellement existé. Ainsi, Ernie ne serait autre que Scotty Bowers, un ancien marine américain, venu à Hollywood avec l’espoir de devenir acteur, devenu finalement proxénète dans une station-service entre les années 40 et les années 80.

Ryan Murphy et ses acteurs fétiches

Chacune de ses créations a des points communs, ce sont les acteurs. Par exemple, Darren Criss, que l’on retrouve aussi dans Hollywood (Raymond Ainsley), avait officié dans Glee ou encore la saison 2 d’American Crime Story. David Corenswet (Jack Castello) était à l’affiche de The Politician, Dylan McDermott (Ernie) dans American Horror Story, et enfin Jim Parsons (The Big Bang Therory), avait quant à lui obtenu un rôle dans The Normal Heart.

Hollywood se laisse facilement dévorer

Les 7 épisodes de ce programme glissent sous nos yeux dans un torrent de décors somptueux et une flopée de rôles hauts en couleur. La grande galerie de personnages, c’est un peu la signature de Ryan Murphy, qui tente toujours de donner de l’intérêt et une certaine profondeur à chacun. Mais c’est aussi incontestablement un de ses points faibles, car il n’y parvient pas toujours. Cela donne lieu à une multitude d’intrigues parfois inabouties et un scénario qui ne manque pas de se perdre en chemin. On se délecte tout de même de cette nouvelle création punchy, aussi drôle que cynique, ponctuée de dialogues savoureux et d’une photographie au poil, sur fond de véritables messages sociétaux. Jusqu’au dernier épisode qui nous emporte dans les coulisses de l’Académie, un régal !

 

 

À propos Thomas

Vous devinerez aisément quels sont mes trois passe-temps favoris, reste le troisième, l'écriture. C'est d'ailleurs cette combinaison qui a permis la naissance de ce magazine. Côté professionnel, je travaille pour un célèbre site d'actualité où je suis amené à définir une stratégie d'édition, de publication et de mise en avant d'articles de presse. Évidemment je ne suis qu'un relais et la petite voix de la création résonne toujours dans un coin de ma tête. C'est ce besoin d'écriture, de créer, qui m'a poussé à me lancer. Mais pour mener ce projet à bien et m'aider à maintenir le cap, il me fallait des thématiques qui me tiennent à cœur. D'où ce choix éditorial. Libre à vous désormais d'entendre mes avis, qui me sont propres, mais qui vous aideront peut-être où vous divertiront. J'espère pouvoir vous amener de belles découvertes ainsi que de beaux échanges.

1 comment on “« Hollywood » (Netflix) : le cinéma d’après guerre réinterprété sous le signe des minorités

  1. Ping : Hollywood, Ryan Murphy (saison 1) – Pamolico, critiques romans et cinéma

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :